Retrouvez tous nos conseils pour bien choisir votre vélo électrique et éviter les pièges.

SOMMAIRE

1. Qu’est-ce qu’un vélo électrique ?
2. Homologations et normes d’un vélo électrique
3. Pour quel usage ?
4. Différents types de vélos électriques
5. L’autonomie et la batterie d’un VAE
6. Le prix d’un vélo électrique
7. Où acheter son vélo électrique ?
8. Entretien du VAE : les services et le SAV
9. Environnement
10. Quelques questions à se poser lors de l’achat d’un VAE
11. Les erreurs à éviter
12. Les pièges à éviter

 

1. Qu’est-ce qu’un vélo électrique ?

         

Un vélo électrique est un vélo équipé d’un moteur, d’une batterie, d’une console de commande, et de différents capteurs afin de vous apporter une assistance lors du pédalage et ainsi limiter tous efforts. Sur un vélo électrique, il est tout de même nécessaire de pédaler. En effet, le moteur ne se mettra en marche que lorsqu’un mouvement de pédale sera détecté. Dès que vous relâchez le pédalage ou que vous appuyez sur les freins, le moteur se coupe. L’utilisation d’un vélo électrique ressemble donc beaucoup à l’utilisation d’un vélo classique selon les modèles, mais avec l’aide du moteur en plus !

 

2. Homologations et normes d’un vélo électrique

          

Il existe toutefois certaines normes visant à rendre sûr l’usage du vélo électrique. En France, c’est le décret n°95-937 de 1995 qui définit les caractéristiques d’un vélo électrique et donc son usage sur la voie public.

La définition propre d’un vélo est un moyen de transport possédant 2 roues et que l'on peut propulser avec la force musculaire des jambes.

Il existe sur un vélo électrique des caractéristiques mécaniques obligatoires :

  • La puissance du moteur ne doit pas excéder 250 Watts.
  • Lorsque le vélo atteint 25 km/h le moteur doit se couper.
  • Le moteur doit se mettre en marche au pédalage (présence obligatoire d’un capteur de pédalage), et s’arrêter lorsque l’on arrête de pédaler ou dès que les freins sont actionnés.
  • Le moteur ne peut être actionné que par la force musculaire, tout interrupteur permettant de faire avancer le vélo sans pédaler est interdit.

Si ces caractéristiques ne sont pas respectées, le vélo électrique est apparenté à un cyclomoteur (c’est notamment le cas pour les VAE SPEED 45 km/h), et certaines obligations s'y rattachent comme : le port du casque obligatoire, assurance/plaque d’immatriculation obligatoire, interdiction d’emprunter les pistes cyclables, etc…

En France, l’usage d’un vélo électrique est le même que celui d’un vélo normal. Le port du casque n’est donc pas obligatoire (même si vivement conseillé), une assurance n’est pas obligatoire (même si une assurance contre le vol peut être souscrite), et il est possible d’emprunter les voies cyclables.

Toutes ces normes sont contrôlées par des organismes indépendants qui décernent l’homologation du vélo électrique en question. C’est pour cette raison que lors de l’achat d’un vélo électrique, nous vous remettons les notices d’utilisations et les certificats d’homologation du VAE. L’homologation d’un vélo électrique est très importante car elle vous préserve de tous accidents qui pourraient survenir sur un vélo mal conçu ou dangereux.

 

3. Pour quel usage ?

        

Les usages du vélo électrique sont nombreux et finalement assez similaire à ceux d’un vélo classique. Il existe tous types de vélos électriques : vélos de ville, VTT, vélos de route, VTC, vélos pliants, vélos enfants, etc…

Le vélo électrique permet de franchir plus facilement les difficultés et surtout les pentes. En effet, le moteur produit l’effort à votre place selon le mode d’assistance choisi. Il est toutefois possible de couper l’assistance ou de mettre un mode d'assistance relativement faible si vous désirez pratiquer le vélo sportivement.

Il est possible d’aller beaucoup plus loin avec ou sans entrainement grâce au vélo électrique. Un utilisateur n’ayant pas fait de vélo depuis longtemps peut sans problème faire des sorties de 50 km grâce au VAE.

En VTT, en plus de faire de plus longues distances, le moteur va vous aider à propulser le vélo dans des endroits boueux et où de nombreux obstacles sont présents.

Le vélo électrique peut servir autant pour les trajets quotidiens où vous noterez d’importantes économies par rapport à la voiture. Il s’agit d’un moyen de déplacement écologique qui a des bénéfices démontrés sur la santé. Vous transpirez moins et arrivez frais à votre destination.

Le vélo électrique a d’autres usages comme la ballade, sur tous les terrains et quel que soit le dénivelé de la route. L’utilisateur sportif à la recherche de sensations trouvera également beaucoup de plaisir dans l’usage du VAE. Penser que le VAE ne permet pas de faire du sport est une erreur, le moteur ne faisant qu’accompagner le cycliste qui contrôle le vélo à sa demande.

Le vélo électrique peut également servir aux professionnels désirant avoir un moyen de transport pratique et peu coûteux en milieu urbain.

En conclusion, le VAE contrairement au vélo traditionnel est vraiment ouvert à tous les pratiquants sportifs ou non, de tout âge, et permettra de passer partout, quel que soit le dénivelé et la distance.

 

4.Différents types de vélos électriques

         

Il existe différents types de vélos électriques. L’emplacement du moteur est un élément très important selon votre pratique du VAE. Il y a 3 emplacements pour le moteur, chacun à ses avantages et ses inconvénients :

  • Le moteur « roue avant » est un moteur sur moyeu. Un capteur de pédalage permet d’activer le moteur très rapidement (mais pas immédiatement) après avoir donné le premier coup de pédale. Ce type de moteur équipera uniquement les vélos d’entrée de gamme puisqu’il a été choisi principalement pour son faible prix. Il présente beaucoup d’inconvénients et ne pourra être utilisé que sur des trajets urbains avec peu de dénivelé. Le moteur avant peu coupleux aura du mal à monter les côtes, et son rythme continue sera assez déstabilisant sur les démarrages (risque de patinage), sur les routes humides ou dans les virages. Vous aurez la sensation d’être tiré vers l’avant, et le poids centré sur la roue avant rendra moins maniable le vélo.
  • Le moteur « roue arrière » est également un moteur moyeu. Il existe différentes gammes de moteur roue arrière. Bien qu’un moteur d’entrée de gamme peu puissant servira pour les trajets urbains et la ballade, le moteur arrière plus haut de gamme pourra évoluer sur tous les terrains et pourra satisfaire aussi les utilisateurs sportifs. Dès le premier coup de pédale, le moteur développe le maximum de ses capacités, permettant des démarrages puissants et d’atteindre les 25km/h très rapidement. Le poids est centré sur l’arrière du vélo, il est donc conseillé d’opter pour un vélo où la batterie serait sur le tube transversal ou au centre, et non sur le porte-bagage. La présence d’un capteur de couple, de cadence et de vitesse permet d’adapter le rythme du moteur à votre pédalage. Le comportement linéaire et puissant saura par contre satisfaire les utilisateurs ne souhaitant pas forcer sur les pédales. Contrairement au moteur central, il est nécessaire de mettre moins de force sur les pédales pour avoir un démarrage puissant. Le pédalier est libre et le vélo peut dans ce cas être muni d’un triple plateau. L’inconvénient de ce type de moteur est sans doute sa difficulté à enlever la roue arrière plus lourde.
  • Le moteur « pédalier » ou moteur central est à ce jour le moteur le plus poussé. Le comportement du moteur est progressif et la sensation de pédalage naturel. Il pourra satisfaire tous les publics (sportif ou non, débutant ou expérimenté), sur tous les terrains, et quelles que soient ses envies. Différents capteurs permettent d’adapter le rythme du moteur à son pédalage. Plus vous appuyez fort, plus le moteur accélère. Il s’agit toutefois également d’un inconvénient pour les personnes ne souhaitant faire aucun effort sur le vélo (dans ce seul cas le moteur arrière est plus adapté). Selon le couple du moteur, il sera même possible de monter les côtes les plus impressionnantes. Tous ses atouts en feront tout de même un moteur un peu plus cher que le moteur moyeu.

 

5. L’autonomie et la batterie d’un VAE

          

La batterie est un élément très important du VAE puisque c’est elle qui va déterminer l’autonomie du vélo. Le choix d’une bonne batterie est un élément clé pour bien profiter de votre VAE. La plupart des batteries de VAE sont des batteries lithium-ion synonyme de qualité. Evitez tous autres types de batterie (comme les batteries au plomb), beaucoup plus lourde, disposant d’une plus faible durée de vie et affecté par un effet mémoire qui peut vous faire perdre irrémédiablement de l’autonomie.

Cependant, le fait qu’une batterie soit lithium-ion n’est pas forcément gage de qualité. D’ailleurs la plupart des vélo vendus en grande surface en sont équipés. Le BMS (battery management system) est l’élément qui permet le contrôle de la batterie (par exemple la régulation de la température, la coupure de la batterie en cas de surchauffe, sa gestion, etc …). Un BMS de qualité est donc indispensable si vous souhaitez conserver longtemps votre batterie et éviter tous accidents. Or, un bon BMS coûte plus cher et équipera les batteries de marque (Bosch, Yamaha, Impuse, Shimano, etc…).

Combien de kilomètre peut-on parcourir avec un vélo électrique ? Cela dépend des propriétés de la batterie. Il faut déjà regarder 2 valeurs importantes : la puissance de la batterie (exprimé en Volt), et son ampérage (ah). En multipliant ces 2 valeurs, vous obtenez sa puissance horaire (exprimé en Wh).

Par exemple, une batterie de 36V et de 11ah, aura une capacité de 396 Wh (36x11=396), soit à peu près 400 Wh.

Une batterie de 400Wh permettra au vélo de parcourir une autonomie maximum d'environ 120 km.

Attention, pour déterminer l’autonomie d’un vélo, ne vous référer pas seulement à sa batterie. Le type du vélo, son équipement, son poids et les variables extérieures et liées au terrain sont tous importants et feront varier l’autonomie réelle. Par exemple, Les températures froides peuvent vous faire perdre la moitié de l’autonomie. Le type du moteur a également une incidence : un moteur central est souvent moins gourmand qu’un moteur arrière qui consomme beaucoup d’énergie dès le premier appui sur les pédales.

Bosch à par exemple mis en ligne un configurateur pour estimer l’autonomie sur les vélos équipés de ses moteurs. Vous pouvez faire varier différents paramètres pour voir leur incidence sur l’autonomie.

Quelle est la durée de vie d’une batterie ? La durée de vie de la batterie dépend en premier lieu de son utilisation. Des arrêts et accélérations fréquentes solliciteront plus la batterie, son autonomie sera plus faible et sa durée de vie également.

L’entretien de la batterie est important : évitez de conserver votre batterie déchargée, veillez à toujours la garder chargée entre 80% et 50% de sa charge lorsque vous n’utilisez pas votre VAE. Conservez la dans un endroit sec, à température tempéré (environ 20°C). Il est également conseillé de l’enlever du vélo.

Une batterie bien entretenue et utilisée de façon normal (hors utilisation urbaine), peut avoir une durée de vie de 1100 cycles de charge et peut varier selon les constructeurs. La batterie perdra de l’autonomie tout au long de sa vie. Au bout de 600 cycles de charges, votre batterie aura peut-être perdue le quart de son autonomie maximum de départ. Cela équivaut aussi à une durée de 4 à 10 ans d’utilisation.

 

6. Le prix d’un vélo électrique

De nos jours, le prix d’un vélo électrique est relativement stable. Comme dans tous domaines, l’arrivée chaque année de nombreuses nouveautés (comme par exemple la batterie intégrée au cadre) à tendance à faire baisser légèrement le prix des vélos équipés d’anciennes technologies.

Néanmoins, le prix d’un vélo électrique reste très raisonnable. Le prix d’un bon VAE restera toujours plus élevé qu’un VAE basique.

Le prix d’un vélo électrique fini (assemblé entièrement) est vraiment très faible lorsque l’on décompose le prix de chaque pièce détachée qui le compose. Un vélo électrique complet est en moyenne 2 à 2,5 fois moins cher que le prix additionné de toutes les pièces qui le compose. D’où l’effort fait par les constructeurs et les revendeurs pour rendre accessible ce mode de déplacement.

Acheter un vélo électrique est toutefois un réel investissement sur le moyen et long terme. Pour un usage régulier du VAE, on constate généralement :

  • Une consommation d’essence réduite
  • Absence de frais d’assurance
  • Moins de frais d’entretien que sur une voiture (sachant aussi que l’entretien d’un VAE ne coûte pas plus cher que celui d’un vélo normal).
  • Absence de paiement pour le stationnement dans certaines villes

Faites l’essai de vous rendre à votre travail en vélo plutôt qu’en voiture. Le stress est diminué et les bénéfices pour la santé ne sont plus à démontrer.

Le coût de l’usage d’un VAE au quotidien

Lire notre article

Coût de la charge d’un vélo électrique

Pour un prix de 0,1467 € le kWh et pour la charge d’une batterie de 400 Wh

Calcul : 0,1467*0,400 = 0.05868 € la charge

Dans l’optique d’une recharge par semaine, la charge d’un VAE vous revient à environ 3 euros par an.

Côté prix, acheter un vélo électrique peu cher, c’est déjà dépenser une somme beaucoup trop importante pour un vélo dont vous ne serrez pas sûr d’utiliser très longtemps (peu fiable), et qui ne sera pas agréable à utiliser.

Le prix minimum à compter pour l’achat d’un VAE fiable est de 1000 €. En dessous de ce prix, le SAV est souvent négligé, il sera difficile ou même impossible dans les faits de retrouver des pièces détachées pour réparer votre VAE (malgré l’obligation des constructeurs de proposer des pièces détachées pendant 5ans). La qualité du vélo lui-même et des services apportés est souvent absent.

Comptez en moyenne 1800 € pour l’achat d’un VAE fiable, où vous aurez l’assurance de retrouver des pièces détachées ou une batterie quand il s’agira de la remplacer. Le plaisir d’utilisation sur un VAE de ce prix sera plus important, ce qui vous donnera encore plus envie de faire du vélo électrique et non le mettre de côté.

Notez que certaines collectivités ou même l’Etat offrent des aides pour acheter un vélo électrique.

 

7. Où acheter son vélo électrique ?

  

Il est aujourd’hui possible d’acheter son vélo électrique dans de nombreux endroits : en grande surface, en magasin de vélo spécialisé, dans un magasin de sport… voir même dans un centre de diagnostics autos, dans des magasins d’électroménager, dans des magasins alimentaires ou même dans des magasins culturels. Vous le remarquerez, le développement du marché du VAE n’a plus de limites.

En revanche, si vous désirez avoir accès à un Service Après-Vente efficace, pouvoir retrouver des pièces détachées à l’avenir et pouvoir assurez les réparations sur votre VAE, seul le magasin de cycle spécialisé pourra vous proposer ces prestations.

La qualité des vélos électriques et les services proposés par un magasin spécialisé doivent être des critères importants voir indispensables quand il s’agit d’investir un budget conséquent. Nous vous avons listés plus bas les pièges et erreurs à éviter lorsque vous achetez votre VAE en dehors d’un magasin de cycles spécialisés.

Nous vous recommandons la prudence lorsqu’il s’agit d’acheter un VAE sur internet.

  • Vérifiez tout d’abord sur quel site vous achetez votre VAE. Nous vous conseillons de passer votre chemin et de ne pas acheter votre VAE sur un site ne possédant pas de magasin et d’atelier de réparation de cycles physiques. Le SAV ne sera pas assuré la plupart du temps.
  • Avant d’acheter votre VAE sur internet, assurez-vous de trouver une solution pour pouvoir entretenir par la suite votre vélo (les réparateurs de vélos craignent d'entretenir des vélos d'ont ils ne savent pas l'origine).

Nous vous conseillons de privilégier tout achat en magasin de cycle physique et non sur internet. Vous pourrez dans ce cas avoir accès à de meilleurs conseils et à un contact lorsque vous aurez des questions, ou pour entretenir et régler votre VAE.

 

8. Entretien du VAE : les services et le SAV

          

En cas de réparations sur votre VAE, vous pouvez vous adresser au magasin disposant d’un atelier où vous avez acheté votre VAE, ou à tout atelier spécialisé dans l’entretien du VAE comme le nôtre. Le fabriquant ou le constructeur de votre VAE n’assure aucune prestation : vous devez nécessairement passer par un revendeur.

Un vélo électrique s’entretient de la même façon qu’un vélo classique. Nous vous conseillons de faire entretenir votre vélo au moins 1 à 2 fois par an (ou tous les 4000 km maximum si vous effectuez des distances très importante en moins d’un an). L’entretien vise à vérifier le bon fonctionnement du vélo, effectuer les serrages et les réglages nécessaires, et à remplacer les pièces d’usures.

Sur un vélo électrique, il est toutefois nécessaire d’entretenir également la motorisation. Les batteries et les moteurs ne sont pas prévus d’être démontés et les constructeurs conçoivent des composants fait pour durer très longtemps dans le temps. L’entretien de la partie « électrique » consistera donc au contrôle du bon fonctionnement de la motorisation, à effectuer les serrages et réglages nécessaires, et à mettre à jour la partie logicielle.

Vous pouvez découvrir tous les services que nous proposons pour l’entretien d’un VAE dans la partie SERVICES ET ENTRETIEN.

Portez attention à la garantie du vélo et de la motorisation. La plupart des grands construction (Bosch, Impulse, Yamaha …) proposent des produits très fiables. En revanche, la garantie de durée similaire chez la plupart des constructeurs vous garantit le remplacement de l’élément défectueux dans les premières années d’utilisation. Vous pouvez vous adresser dans ce cas au magasin où votre vélo a été acheté qui vous indiquera toutes les procédures et s’occupera de tout.

Nous avons mis de notre côté en place un Guide pour l’entretien chez-vous de votre vélo et les éléments auxquels il faut porter attention (guide prochainement disponible).

 

9. Environnement

Le VAE est l’un des moyens de déplacement les plus écologiques. En effet, on notre aucune émission de CO2 et pas de carburant (le carburant est ici électrique). Aujourd’hui, la plupart des vélos sont équipés de batterie lithium-ion. En 2018, une écotaxe participera au recyclage de toutes les batteries lithium-ion mises sur le marché pour un avenir plus responsable vis-à-vis de l’environnement.

 

10. Quelques questions à se poser lors de l’achat d’un VAE

  • Quel usage vais-je faire de mon VAE ? Des déplacements en ville, un usage quotidien, faire du sport, de la ballade ?
  • Quel est mon niveau d’utilisation ? Suis-je un utilisateur sportif à la recherche de sensations, ou est-ce que je recherche d’avantage le confort ? Suis-je à l’aise sur mon vélo ?
  • A quelle fréquence est-ce je vais utiliser mon VAE ?
  • Quelle distance vais-je faire ou peut-être vouloir faire un jour avec l’assistance électrique ?
  • Vais-je avoir besoin de transporter des affaires ? Un porte-bagage peut-il m’être utile ? Vais-je transporter des charges ?
  • Sur quel terrain vais-je rouler ? Sur la route, dans les chemins, sur des terrains boueux et caillouteux ?
  • Est-ce que je veux forcer sur mon VAE ou est-ce que veux juste un accompagnement et continuer à me dépenser ?
  • Est-ce que je veux un VAE simple d’utilisation, ou est-ce que j’ai besoin de pleins d’indicateurs me permettant de me repérer et interagir avec mon VAE ?

Toutes ces questions auxquelles vous pouvez réfléchir nous permettrons de mieux vous conseiller en magasin.

 

11. Les erreurs à éviter :

Acheter un vélo électrique est un investissement et il est nécessaire de bien s’informer pour ne pas faire certaines erreurs. En tant que professionnel spécialiste du vélo électrique, nous connaissons parfaitement le très vaste marché du VAE. Gardez à l’esprit, acheter votre VAE dans un magasin de cycle spécialisé et à condition que le vendeur soit formé vous permettra d’écarter la plupart de ces erreurs. Voici quelques erreurs à éviter lors de l’achat d’un VAE :

  • Equiper un vélo classique d’un kit moteur pour le transformer en VAE. Un vélo classique ne présente pas les normes exigées sur un VAE, le transformer en VAE est donc dangereux pour votre sécurité. De plus le coût de se type de kit sous forme de moteur sur moyeu est peu performant, peu fiable, et présentera un coût parfois aussi important qu’un VAE d’entrée de gamme. L’absence de certains capteurs contrôlant le vélo présente un danger pour vous mais également pour d’autres personnes sur la voie public.
  • Acheter un VAE avec une motorisation inconnue. Il est presque certain que cette motorisation aura été produite en Asie et risque de tomber en panne très rapidement. Le SAV sera absent et aucune pièce détachée ne sera disponible. Bref, il s’agira d’un très mauvais investissement.
  • Acheter un VAE avec un moteur peu coupleux (avec certains moteurs « roue avant » par exemple). Il vous sera difficile de monter la moindre côte. La vitesse plafonnera et une rupture du moteur est possible en cas de surchauffe.
  • Acheter son VAE en grande surface, magasin de sport, centre autos, magasin culturel… Un magasin de cycle est le seul professionnel formé et capable de bien vous conseiller. Les VAE vendus par le biais d’autres revendeurs précédemment cités ne sont souvent pas bien préparés (absence de réglages, vis mal serrés, pas d’explications) en plus d’être peu qualitatif.
  • Partir du principe « je vais déjà essayer d’acheter un VAE peu cher pour voir si cela me plait » ou « je vais acheter un VAE peu cher parce que je ne suis pas sûr de l’utiliser ». Résultat : vous vous dégouterez très rapidement d’un VAE peu qualitatif. Accorder un budget raisonnable et en concordance avec votre pratique. Vous ne regretterez jamais d’acheter un bon VAE qui vous donnera encore plus envie de faire du vélo.
  • Acheter un VAE sur internet sur un site inconnu, suspect, ou à l’étranger. Le SAV sera dans ce cas certainement absent, et les informations présentées sur le site peuvent ne pas respecter les normes françaises ou le vélo ne pas correspondre en réalité aux descriptions.
  • Acheter un VAE disposant d’une batterie avec peu d’autonomie. Si votre batterie dispose d’une faible autonomie à la base (par exemple 40 km), sachez que celle-ci se dégradera encore plus vite que sur une batterie de qualité. A l’issue de la 1ère année, l’autonomie maxiumum sera peut-être encore réduite à 25 km.
  • Pensez au SAV ! Soyez sûr que le constructeur du VAE acheté propose une vraie garantie et que les pièces détachées (tel que la batterie) soient toujours disponibles dans plusieurs années. Les constructeurs doivent légalement proposer des pièces détachées pour une durée de 5 ans après la commercialisation du produit. C’est rarement le cas en réalité pour les VAE ayant un prix en dessous de 1000 €. Si le vélo est peu cher, il est évident qu’aucun budget n’est accordé au SAV. Votre investissement se sera retrouvé mauvais. Encore plus si votre vélo a un dysfonctionnement au bout de quelques semaines.
  • Demandez toujours au revendeur s’il assure le diagnostic de la motorisation ou si le produit est suivi. Il sera très difficile de trouver le dysfonctionnement d’un VAE sans kit de diagnostic mis à la disposition des revendeurs par les constructeurs sérieux (comme Bosch, Impulse ou Shimano par exemple). Ces constructeurs proposent d’ailleurs des mises à jour pour leurs produits. En cas de bug détecté par la suite (ce qui arrive même aux constructeurs les plus sérieux), une mise à jour corrective peut le résoudre et vous permettre de repartir de bon pied. Imaginez une motorisation qui ne peut pas être mise à jour ? Le produit présenterait-il un bug qui ne pourrait jamais être résolu ? Seuls les constructeurs peu sérieux pensent que leur produit n’aura pas de problème.
  • Acheter un VAE d’occasion entre particuliers est à proscrire. L’évaluation par un professionnel reste conseillée, mais l’état d’usure des composants et la facilité à retrouver des pièces détachées sur une motorisation peut être dépassée est risqué à moyen et long terme.
  • Attention au poids inscrit sur la fiche technique d’un VAE. Généralement le poids des VAE achetés en grand surface, en grande surface du sport ou en centre autos ne tiennent pas compte du poids de la batterie. Le poids du vélo sans batterie peut par exemple avoisiner les 24 kg, cependant, il est nécessaire d’ajouter le poids de la batterie généralement supérieur à 4-5 kg. Les constructeurs sérieux communiqueront toujours le poids total du vélo (batterie comprise). Le poids d’un VAE ville/trekking abordera les 22-24 kg (ce qui est relativement léger pour un vélo électrique (moteur : env. 3-4kg / batterie : env. 3-4kg).
  • Attention également à la capacité du moteur à fonctionner coupé ou sans assistance. Sur certains VAE de faible qualité, le poids du vélo est alors un véritable inconvénient lorsque le vélo avance difficilement sans assistance à cause d’un mécanisme moteur très lourd à entrainer lorsqu’il n’est pas en action. Etant donné que l’autonomie est en plus faible, vous serez peut-être confronté à rentrer chez-vous sans assistance : l’effort sera bien présent ! Sur un VAE de qualité (moteur Bosch par exemple), vous pouvez pédaler normalement sans utiliser l’assistance électrique. Le poids ne sera d’ailleurs pas du tout un inconvénient sur le plat car un vélo de qualité reste malgré tout très roulant (c’est de la physique, vous n’êtes pas soumis à votre poids ou à celui du vélo sur le plat). Dès que la route monte, vous êtes en revanche soumis à votre poids mais l’assistance vous permet d’avancer sans effort.

 

12. Les pièges à éviter :

Plus qu’une erreur, un VAE peut être réellement dangereux pour votre sécurité s’il ne respecte pas les normes. Méfiez vous également de certaines annonces et termes vantant des VAE :

  • Acheter un VAE ne présentant pas les homologations requises. A proscrire totalement : extrêmement dangereux pour votre sécurité. C’est le cas pour certains VAE achetés sur internet à l’étranger. Cependant, certains vélos achetés en grand surface en France peuvent ne pas respecter la réglementation en pratique (ex : levier permettant de faire avancer le vélo sans pédaler). Pensez vous q'un vélo permettant par exemple d'atteindre les 60 ou 90 km/h est sans danger ?
  • Attention au terme « aide au démarrage » vanté sur certains vélos. Cette aide peut être traduite par la présence d’un levier permettant d’avancer sans pédaler, ce qui est illégal. Sur un vélo électrique de qualité, le moteur se met en marche dès que vous pédalez et vous assiste même dans les côtes au démarrage. Ce terme est donc une formule de vente trompeuse souvent mentionné sur les VAE vendus en grande surface. Ce terme ne sera pas employé pour désigner un VAE de qualité.
  • Evitez d’acheter un vélo présentant l’offre « un vélo acheté, une seconde batterie offerte ». Souvent employé par les grandes surfaces ou certains centre autos, les batteries sont peu qualitatives et auront une très faible durée de vie. Ces batteries parfois lithium-ion disposeront d’un BMS de très faible qualité : elles peuvent donc être Hors Service très rapidement. Fabriquées en Asie, le constructeur des batteries n’est souvent plus en activité au bout de quelques mois et n’apportera donc aucun SAV.
  • Les offres VAE à « - 40% ou plus ». Sachez que la marge d’un revendeur de vélo électrique sérieux est de l’ordre de 20%. Les vélos affichant un prix barré important sont souvent de faible qualité. Le prix réel du vélo est même très souvant très inférieur au prix de vente remisé (il s'agit d'une arnaque).
  • Acheter un vélo équipé d’une batterie avec un mauvais BMS. La batterie peut très bien rompre rapidement ou dans les pires des cas prendre feu ou exploser. Ce risque est totalement absent sur un VAE homologué de qualité lorsque l’usage et les consignes de sécurité sont respectées, et si la batterie n’a pas pris de choc l’ayant perforé.